1. Localisation, méthode de production et caractéristiques premières  des huiles essentielles


1.1  Localisation
Les huiles essentielles se rencontrent dans tous le règne végétal, cependant elles sont particulièrement abondantes chez certaines familles : conifères, rutacées, ombellifères, myrtacées, labres.
Les huiles essentielles peuvent être extraites de tous les organes de la plante :


des sommités fleuries (lavande, menthe, ylang ylang, camomille,,…)

camomille
    

des racines ou rhizomes (vétiver, angélique, gingembre ...),

gingembre
    

des écorces (citron, orange, bergamote, cannelle ... )

     citron

du bois  (bois de cèdre, de santal, camphrier ...),
    

des fruits (le poivre ...),
    

des graines ( cardamones, coriandre, fenouil, muscade ...,),    

des feuilles ( eucalyptus ...).    
Les huiles essentielles ont donc des origines multiples et sont sujettes à des contacts avec le monde externes très variés.
Les huiles essentielles « sont élaborées au sein du cytoplasme de certaines cellules, elles s'en séparent par synérèse (séparation d'un liquide de son gel) sous forme de petites gouttelettes qui confluent en plage plus ou moins étendues. Elles sont stockées dans les structures cellulaires spécialisés (cellule à huile essentielle,  cellules à poils sécréteurs (comme dans la menthe) canaux sécréteur).

 

001 cellule végétale
 
1.2 Caractéristiques premières
Les spécialistes considèrent les huiles essentielles comme des sources de signaux chimiques permettant à la plante de contrôler ou réguler son environnement : attraction des insectes pollinisateurs, action répulsive sur les prédateurs (protection du bois contre les insectes et les champignons, action répulsives  contre les animaux herbivores.) , inhibitions de la germination des graines voire communication entre végétaux (émission de signaux chimiques signalent la présence d'animaux herbivores par exemple.
Cette protection peut avoir parfois des effets néfastes pour la nature elle même. Dans les régions tropicales, les chèvres et les moutons délaissent les plantes aromatiques ce qui peut provoquer assez rapidement un déséquilibre de la flore dans les prairies et les landes : envahissement par le gros thym, le  basilic, ou la citronnelle, par exemple. Les humains et certains insectes sont les rares êtres vivants à être attirer par l'odeur des plantes aromatiques.
La teneur des plantes en huiles essentielles est faible, voire infime. Pour obtenir un litre d'huile essentielle il faut par exemple dix kilos de clous de girofle, de 4 à 10 tonnes de pétales de rose, 150 kilogrammes de fleurs de lavandes ou encore dix ares de surface cultivées de chanvre. La différence de rendement selon le végétal aura une influence sur le prix de revient.